Avant de s’installer au Marché Dauphine, Rozalia Rémy a collectionné les estampes japonaises dès l’âge de 18 ans. Séduite par cet art d’un imaginaire lointain qui marie dessin, gravure et superposition de couleurs. Désormais, elle se rend une fois par an au pays du Soleil-Levant à la recherche d’œuvres originales. Ses coups de coeur rendent compte de la richesse stylistique et de l’évolution iconographique depuis le 18ème siècle jusqu’à nos jours: équivalent jadis de l’affiche publicitaire ou de « propagande », l’estampe japonaise s’en est totalement affranchie au profit par exemple d’atmosphères proches du manga, de paysages dans l’esprit de Largo Winch!